Déportées, exploitées, déshumanisées: La condition féminine dans les camps de concentration nazis

Déportées, exploitées, déshumanisées: La condition féminine dans les camps de concentration nazis

Pour des motifs aussi bien pseudo-scientifiques que politiques, les femmes ont été particulièrement menacées par le régime nazi à partir de l’ouverture du camp de Ravensbrück en 1939. Déportées de force depuis toute l’Europe, elles sont immédiatement condamnées à mort ou mises au travail forcé.

La perte de liberté et d’identité civile s’accompagne également d’une perte de l’identité sexuée : on renie à la femme ses éléments féminins (cheveux, vêtements, etc.) tandis que l’on tente de modifier son corps (stérilisation, expérimentions pseudo-médicales, etc.).

Des hommes survivants comme Primo Levi ou Robert Antelme considèrent que la déportation féminine est pire à certains égards que leur propre expérience : certains estiment en effet que les femmes n’ont pas à vivre cela car l’idée d’une féminité dégradée leur est intolérable, tandis que d’autres avancent l’argument que la persécution nazie est encore plus acharnée avec les déportées.

Cette communication propose de s’appuyer sur un corpus interdisciplinaire, mêlant témoignages littéraires et picturaux, essentiellement issus de survivantes. Il s’agit dans un premier temps d’observer en quoi consiste le travail au féminin dans les camps : de l’exploitation animalisante (travaux de force) à l’objet sexuel (le bordel) en passant par un déracinement permanent (transferts impromptus dans des kommandos extérieurs, marches de la mort). Puis, il est nécessaire de s’interroger sur les différentes stratégies de résistance mises en place par les déportées pour surmonter cette tentative de double assassinat physique et spirituel, stratégies incluant notamment la production écrite et pictural comme témoignage et processus de résilience.

Dr Eva Raynal recently received her PhD in comparative literature from Aix-Marseille Université with a thesis entitled “Une réactualisation des figures mythiques chez Alfred Doblin, Jorge Semprún et Vercors.” She is a member of the interdisciplinary research collective, “Migrations et Altérités.”

Please email leslie.barnes@anu.edu.au to register.

Date & time

Tue 20 Oct 2020, 9.30pm

Speakers

Eva Raynal, Aix-Marseille Université

Contacts

Leslie Barnes

SHARE

Updated:  13 October 2020/Responsible Officer:  Head of School/Page Contact:  CASS Marketing & Communications